aux produits au support à la presse

Afin de vous faire bénéficier de la meilleure expérience possible, ce site Web utilise des cookies de profilage tiers. Cliquez icipour en savoir plus sur ces cookies et apprendre comment modifier vos paramètres. En fermant cette fenêtre ou en continuant votre navigation sur ce site Web, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fly et n0tail, de l'équipe OG, reviennent dans Esports Unfold sur leur carrière à Dota 2.

Johan ‘n0tail’ Sundstein et Tal ‘Fly’ Aizik. Existe-t-il un duo plus emblématique ? Ces passionnés ont à ce jour cumulé ensemble 1 345 parties de Dota 2 sur le circuit professionnel, avec un taux de victoire impressionnant de 62,33 %.

Depuis leur passage à Fnatic jusqu'à The International 5 et leur brève séparation, avant de former Monkey Business qui deviendra l'acteur majeur du gaming qu'est devenu OG, le duo a connu des hauts et des bas.

Dans notre dernier épisode d'Esports Unfold, nous avons demandé à n0tail et Fly de nous raconter leurs débuts et leur parcours ensemble, de Heroes of Newerth à leur quadruple titre de champion du Valve Major. Appuyez sur Lecture pour regarder cette vidéo exclusive, ou faites défiler la page pour en lire les principaux extraits.

« Je crois que Tal et moi, nous nous sommes rencontrés dans une partie publique de Heroes of Newerth, explique n0tail. Il jouait avec NoVa, son coéquipier à l’époque. Au départ, Tal ne voulait pas jouer avec moi… » plaisante Johan avant que Tal l’interrompe : « Une minute ! C’est complètement faux ! C’est même tout le contraire. »

« Je n’avais vu que quelques photos de lui, et quand je l’ai rencontré en chair et en os il m’a semblé totalement différent. Il me mentait tout le temps, mais en dehors de ça tout allait bien. » Fly sourit tandis que n0tail s’esclaffe : « Je t’ai arnaqué ! »

Quoi qu’il en soit, ils ont commencé à jouer ensemble avant d’intégrer l’équipe Heroes of Newerth de Fnatic. Quand les joueurs ont commencé à quitter massivement le navire HoN, n0tail et Fly, toujours avec Fnatic, ont décidé de se hasarder dans l’univers de Dota 2.

« Nous nous sommes retrouvés mêlés ensemble aux balbutiements de l’Esports et à tout le mouvement qui l’a accompagné, » se souvient n0tail. « Je ne sais pas si je me rendais bien compte de ce qui se passait à l’époque. On jouait presque tous les jours, on s’entraînait ou on discutait autour d’un verre, donc on se voyait tout le temps, » enchaîne Fly.

À ce jour, rien n’a vraiment changé. Pour avoir disputé ensemble 1 345 parties professionnelles, les deux joueurs doivent visiblement bien s’entendre et partager une même passion pour le jeu.

« Je dirais que nous sommes liés par le jeu. Notre relation dépend encore énormément de Dota. On a toujours eu ça en commun, » précise n0tail.

« Vous savez, je le considère un peu comme mon frère, dit Fly. Ce n’est pas ordinaire de passer sept ou huit ans à jouer avec la même personne. »

La scène professionnelle s’est rapidement développée depuis le temps où le duo se côtoyait autour d’une souris et d’un clavier. À l’époque, ce n’était rien de plus qu’une passion et que le désir de se voir reconnaître en tant que meilleurs joueurs du monde. Quand Dota 2 a débarqué sur la scène gaming, les deux joueurs, chacun de leur côté et en tant qu’équipe, ont décidé qu’il était temps de prendre le train en marche. « Au début, c’était très dur, du moins en ce qui me concerne, » révèle Aizik avant d’admettre qu’il n’a eu la révélation qu’après « 100-150 parties. »

Le concept de Monkey Business est né après The International 5. Fly était avec compLexity et n0tail avec Cloud9, mais il y avait quelque chose qui ne collait pas.

« À ce moment-là, j’étais sur le point d’abandonner le jeu et la compétition, » explique n0tail. Il avoue toutefois que Fly, à force de discussions, l’a convaincu de persévérer : « En parlant avec Tal, je me suis rendu compte de ce que nous pourrions accomplir avec notre propre équipe… Nous avions trouvé la recette. »

« On voulait que les membres se sentent à l’aise et puissent s’exprimer librement, tout en travaillant à des objectifs communs, » raconte Fly à propos de la création d’OG. C’est une opinion que partage Evany Chang, l’omniprésente directrice d’OG. « Tal et Johan sont le noyau et la base de l’équipe, explique-t-elle. Sans eux deux, ce ne serait pas pareil. » Il est évident que les deux joueurs se complètent à merveille, Evany affirmant même que Tal est le pilier de l’équipe, et Johan son cœur.

Être un fan d’OG peut s’avérer éprouvant par moment, l’équipe connaissant des hauts particulièrement hauts et des bas particulièrement bas. Toutefois, elle n’est pas connue pour prendre des décisions irréfléchies en termes de composition de l’équipe, et son noyau est solide. « Certaines défaites peuvent briser des équipes, et je pense notamment à The International, dit Fly.

Ce genre de défaite peut faire voler une équipe en éclats. Mais il faut se relever et chercher de nouvelles motivations pour la saison suivante. »

OG ne le sait hélas que trop bien. Malgré une position dominante dans tous les Majors de Valve, The International continue d’échapper à la Green Army. « Ce n’est qu’un tournoi de plus. On a gagné contre la même équipe deux mois plus tôt, dit Fly tout en songeant au tournoi vedette de Dota. C’est dommage, mais on n’y peut rien, » ajoute-t-il.

Les deux coéquipiers restent soudés dans les bons comme dans les mauvais jours. Ils ont rebondi après une défaite déchirante pour remporter une victoire plus qu’improbable. Qu’il s’agisse de voler le Major de Kiev à la barbe de Virtus.pro ou de jouer de malchance dans le bas du classement à Francfort, OG a toujours su déjouer les pronostics.

Cette capacité est largement attribuable à l’optimisme et au dévouement du duo. « Soyez attentionné. Traitez les gens comme vous aimeriez qu’ils vous traitent. Travaillez dur. Sachez relever les défis et accepter les défaites. De toute façon, vous ne pourrez pas les éviter. Faites simplement de votre mieux, » conclut Johan avec la force de motivation qui le caractérise.

« Faites toujours de votre mieux et n’abandonnez jamais, quelles que soient les difficultés. Je crois que c’est le message essentiel, » ajoute Fly.

Pour regarder tous les épisodes, cliquez ici.